En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Chantilly, un des rares châteaux meublés de France

Commode

Localisation : Chambre de M. Le Prince

Bâti en chêne de Hollande. Placage en amarante satiné, épine vinette, sycomore, poirier, alisier, houx, érable, charme et buis. Marbre blanc. Bronze doré et ciselé.

Cette commode a été commandée à l’ébéniste Jean-Henri Riesener (fournisseur du Garde-Meuble de la Couronne) pour la chambre de Louis XVI à Versailles en 1775. Ce meuble était à la gloire du jeune roi, le panneau de marqueterie de bois représentait Minerve et deux médaillons aux chiffres du roi et de la reine. Il fut remplacé à la Révolution par un trophée champêtre. C’est lors de la vente des biens de Louis-Philippe en 1857, que le duc d’Aumale se porta acquéreur de ce meuble.

Table du cep de vigne

Localisation : Galerie des Batailles

Noyer, cep de vigne, amarante et ivoire. Anonyme, vers 1540.

Le plateau de cette table est formé d’un seul morceau de cep de vigne et accompagné des armoiries d’Henri II et de la devise d’Anne de Montmorency. La feuille qui recouvre le plateau a probablement été obtenue par le déroulage d’un cep dont la partie rectiligne devait avoir une longueur exceptionnelle. Objet de curiosité, elle faisait partie des collections des princes de Condé depuis le XVIIe siècle. Saisie à la Révolution, elle fut ensuite restituée au dernier prince de Condé.

Le meuble minéralogique de Haupt

Localisation : Antichambre

Chêne, bois de rose, sycomore, bouleau, amarante, houx, ébène, brésillet.

Le meuble minéralogique de Georg Haupt de 1774, est composé de différents bois et surmonté de minéraux. C’est un des rares meubles des princes de Condé qui soit revenu à Chantilly après la période révolutionnaire. Ce meuble, qui contenait une riche collection minéralogique, fut offert à Louis-Joseph de Bourbon, prince de Condé, par le roi Gustave III, suite à son passage à Chantilly le 25 mars 1771.

Bureau plat

Localisation : Grand Cabinet d’Angle

Bâti en chêne et noyer. Placage écaille, ébène, laiton. Décor en bronze doré qui représente des figures de femmes.

Ce bureau plat fut commandé vers 1715 à l’ébéniste André-Charles Boulle par Louis-Henri de Bourbon, prince de Condé, qui l’installa en 1720 dans son château de Chantilly. Confisqué en 1793 et envoyé à Versailles en 1834 pour l’aménagement du musée de l’Histoire de France de Louis-Philippe, le bureau a été déposé par le château de Versailles en 2012 en échange d’une grande table de bibliothèque de Louis XVI alors conservée à l’Institut de France. Ce dépôt croisé a permis de replacer ces meubles d’exception à leur emplacement d’origine. 

Bureau à cylindre

Localisation : Chambre du duc d’Aumale

Bâti en chêne avec poirier, plaquage en bois de rose, ébène et laiton. Bronze doré.

Ce bureau à cylindre des ébénistes Jean-Michel et Guillaume Grohé, fut offert au duc d’Aumale par son père Louis-Philippe en 1847. Ce bureau est du type que l’on appelle « bureau de ministre » c’est-à-dire, ceux avec des caissons latéraux descendant jusqu’au sol. Il est à l’effigie de Louis XIV, représenté sur le petit médaillon en bronze dans la partie supérieure qui porte son nom.

Le bureau et son cartonnier et pendule

Localisation : Galerie des Batailles

Bâti en chêne, ébène et laiton. Placage en ébène, bronze doré et cuir.

Le bureau et son cartonnier et pendule attribués à l’ébéniste Joseph Baumhauer, avec bronzes de Caffieri, a été exécuté vers 1757 pour le collectionneur Ange-Laurent Lalive de Jully, introducteur des ambassadeurs à la Cour. Ce meuble dit « à la grecque », dessiné sur les cartons de Louis-Joseph Le Lorrain, s’inspire de l’Antiquité, alors à la mode grâce à la découverte de Pompéi et d’Herculanum. Ce meuble reste dans l’histoire des arts décoratifs l’un des prototypes les plus révélateurs des débuts du néoclassicisme. 

Quatre fauteuils époque Louis XVI

Localisation : Salon de Musique

Bois de hêtre sculpté et doré. Fauteuils époque Louis XVI, couverts en moire de soie.

Le décorateur Eugène Lami fit acheter par le duc d’Aumale ces quatre fauteuils d’origine prestigieuse en 1845 chez le marchand de curiosités Etienne-Anne Escudier. Les quatre fauteuils ont en effet été commandés en 1787 à Georges Jacob par le roi Louis XVI pour son Salon des Jeux du château de Saint-Cloud.